Bague au doigt...

Décidément, lire et relire l’article de Jean-Yves Potel (voir le post précédent) est un plaisir !

Le lycée français de Varsovie où a enseigné Georges Limbour entre 1930 et 1938 n’était vraiment pas fait pour lui… Un rapport d’inspection, très sévère à l’égard de celui qui avait choisi comme surnom du moment “le thaumaturge charlatan”, conseille au Proviseur le recrutement d’un enseignant plus conforme… Une de ses qualités devra être de porter une alliance au doigt! : « Le mariage, a dit [le proviseur] qui s’y connaît, stabilise la vie et évite les irrégularités dans le service »… A quoi J.-Y. Potel ajoute malicieusement: “Ce qui vaut son pesant d’or quand je découvre dans les mêmes archives que, cinq ans plus tôt, ce proviseur, effectivement marié, s’était fait rappeler à l’ordre pour une liaison avec une jeune professeure… fiancée à un aristocrate polonais. Cela avait tourné au duel ! “