Le Cornet à dés de Max Jacob

Numériser 1.jpeg

1917-2017. Le Cornet à dés, œuvre majeure de Max Jacob, a cent ans. L'association Max Jacob  célèbre cet anniversaire dans un numéro spécial (17/18) de 380 pages! On circule avec enthousiasme entre histoire éditoriale, approche esthétique et documents originaux. Sont rassemblées pour la première fois des photographies du manuscrit autographe, écrit et illustré par son auteur, adressé sans doute en 1943 à Paul Bonet qui en fit une extraordinaire reliure.

Le lien avec Georges Limbour? On mesure de mieux en mieux aujourd'hui, au fil des publications de ses correspondances, le rôle essentiel de Max Jacob auprès des poètes du début du XXe siècle, encouragés et surtout mis en relation les uns avec les autres. En 1922, Jacob engage Leiris, Aragon et Cocteau à considérer "le sublime Limbour" comme "leur maître"...

Mais l'essentiel est de mesurer, encore une fois, l'incroyable rayonnement du Cornet à dés, qui a accompagné son auteur sa vie entière: une œuvre qui demeurera énigmatique, manifeste auquel il ne faut pas le réduire, "exercice de dérèglement", œuvre de fantaisie surprenante, à l'image des êtres, hommes, anges et animaux, qui habitent les marges du manuscrit autographe.