La porte rouge de la rue Bonaparte ne s'ouvre plus

A Paris, Claude Schvalberg a dû fermer sa librairie, où tant d'amateurs d'art et de critique ont pu aiguiser leur curiosité. Petit événement sans doute aux yeux de la grande actualité, grand vide pour tous ceux qui, de près ou de loin, aimaient ce lieu et ce qu'il représentait, dans le paysage artistique comme pour l'imaginaire. La critique d'art à laquelle le libraire a consacré un dictionnaire était ici rassemblée.

Sur le site de Florence de Meredieu, on lit un interview de Claude Schvalberg qui rend hommage aux critiques de Georges Limbour:
Capture d’écran 2016-02-12 à 16.08.18.png

Merci à Claude Schvalberg à qui nous souhaitons un peu de repos, mais surtout de longues heures d'étude et de nouveaux projets!