A la fenêtre, Ponge et Limbour

Entre les deux poètes, tant d’accointances sous les différences apparentes! « Ne jamais essayer d’arranger les choses (…). Il s’agit de savoir si l’on veut faire un poème ou rendre compte d’une chose (dans l’espoir que l’esprit y gagne, fasse à son propos quelque pas nouveau) », déclare Ponge. Ce n’est sans doute pas ainsi que s’écrirait l’art poétique de Limbour. Pourtant, je ne peux m’empêcher de comparer le récit esquissé de la mort de son grand–père par Limbour (Spectateur des arts, 1947, 454) au "Volet" des Cinq Sapates (Ponge, 1951). Les deux ont aimé Guernica, les Otages de Fautrier et toute l’œuvre de Braque. Les deux se nourrissaient du De Natura rerum de Lucrèce… Il y a là matière à une étude passionnante.

Entre les deux poètes, tant d’accointances sous les différences apparentes! « Ne jamais essayer d’arranger les choses (…). Il s’agit de savoir si l’on veut faire un poème ou rendre compte d’une chose (dans l’espoir que l’esprit y gagne, fasse à son propos quelque pas nouveau) », déclare Ponge. Ce n’est sans doute pas ainsi que s’écrirait l’art poétique de Limbour. Pourtant, je ne peux m’empêcher de comparer le récit esquissé de la mort de son grand–père par Limbour (Spectateur des arts, 1947, 454) au "Volet" des Cinq Sapates (Ponge, 1951). Les deux ont aimé Guernica, les Otages de Fautrier et toute l’œuvre de Braque. Les deux se nourrissaient du De Natura rerum de Lucrèce… Il y a là matière à une étude passionnante.

Deux voisins, deux amis, dans les années d'après-guerre. Rue Lhomond, Paris. Deux appartements, presque en face l’un de l’autre.

Un jour, Limbour jette un œil par la fenêtre et surprend Ponge, seul chez lui, s'approchant de la sienne. Le premier observe le second, en voyeur, puis s’applique à le décrire : « N'est-ce pas un geste machinal que d'aller soulever le rideau alors qu'on ne cherche rien dans la rue, mais au contraire tout au fond, tout au noir de soi-même?" (en 1967, Jean Thibaudeau, publie ce texte de Limbour sous le titre "Ce mouvement des prisonniers", à l'entrée de son Ponge, à la Bibliothèque idéale). Voilà que l’auteur du Parti-pris des choses se retrouve saisi sous la plume de Limbour comme un savon ou … un cageot.