JOB

Job, c'est le surnom que ses amis avaient donné à Georges Limbour, dans l'atelier de Masson, au 45 rue Blomet, dès 1922. Dans le livre de Jean Piel, La Rencontre et la Différence, Fayard, 1982, c'est le premier ami auquel hommage est rendu, non un hommage compassé mais quelques souvenirs, quelques images, témoignant d'une grande tendresse. A propos de Job, mort, en nageant, à Chiclana de la Frontera, une belle journée de mai, en 1970 : "Même comportement de l'homme et de l'écrivain: une volonté sans cesse retrouvée de reprendre le précieux souffle, comme le nageur qui, la tête couchée sous l'eau, sort rythmiquement le coin tordu de sa bouche pour aspirer avidement une large bolée d'air, interrompant à peine la coulée de son élan (p. 59)".

Même mot, "la coulée", sous la plume de Michel Leiris, à propos de l'écriture de Job.