Georges Limbour à Bry-sur-Marne, chez Gaëtan et Geneviève Picon, © G. Picon, Coll. particulière (photographie recadrée).

Georges Limbour à Bry-sur-Marne, chez Gaëtan et Geneviève Picon, © G. Picon, Coll. particulière (photographie recadrée).

"Et Georges Limbour, et Georges Limbour (il y a toute une haie de Georges Limbour)" (André Breton, Manifeste du surréalisme, 1924).
"Georges Limbour, grand poète à chaque battement du cœur de ce qu'il écrit, mais poète sans fracas ni vain étalage, n'a pas trouvé la vaste audience qu'une société moins grossière que la nôtre ne manquerait pas de lui accorder. Reste que l'intervention d'une influence - souterraine ou sous-marine - de cette manière de hors caste dans une part appréciable de la littérature moderne serait infailliblement mise en évidence par un exégète qui voudrait bien mener à fond sa recherche" (Michel Leiris, revue Atoll, 1968).

Ce site souhaite renseigner les lecteurs émerveillés des Vanilliers, du "Panorama" ou de ses chroniques d'art et faire découvrir le poète aux futurs "exégètes" et aux simples amateurs.

Deux nouveaux livres consacrés aux écrits sur l'art ont l'ambition de mettre un terme à "l'éclipse" (le mot est de Leiris) subie par l’œuvre de Georges LIMBOUR  (1900-1970):

Dans la vitrine de La librairie, La Porte étroite, 10 rue Bonaparte, à Paris, 2014

Dans la vitrine de La librairie, La Porte étroite, 10 rue Bonaparte, à Paris, 2014

 

 

Ci-dessous, une revue de presse de Spectateur des arts, puis une BIBLIOGRAPHIE des études sur l’œuvre pour commencer.

Notes de lecture

Écouter LIMBOUR

Capture d’écran 2017-08-21 à 10.22.09.png

Découvrir le poète à travers ses écrits, sa voix si particulière et son humour si cinglant. Grâce à une émission de 1965, reprise sur France-Culture. Un interview de Jean Paget, introduit par la lecture du chapitre VIII du Bridge de Madame Lyane. Vivement la réédition de ce roman, épuisé depuis trop longtemps, par Gallimard...

 

 

Études sur l’œuvre de Georges Limbour

En 1976, la revue Critique rend un hommage collectif à l'écrivain. En 1982, la Bibliothèque municipale du Havre organise la première exposition consacrée à Georges Limbour. L'année suivante, paraît la première étude universitaire sur le poète sous la plume de Jacqueline Chénieux-Gendron.  En 1991, Martine Colin-Picon lui consacre une thèse dont la bio-bibliographie rend possible la recherche et le travail éditorial.

Ouvrages

ALEXANDRIAN Sarane, « Georges Limbour ou le voyage inachevé », in Le Surréalisme et le Rêve, Paris, Gallimard, coll. Connaissance de l’inconscient, 1974, p. 404-409.

CHENIEUX-GENDRON Jacqueline, Inventer le réel; le surréalisme et le roman (1922-1950),
Paris, Honoré Champion, 2014
, coll. Champion classiques (J. Chénieux-Gendron a entièrement réécrit et réorienté Le Surréalisme et le roman, Lausanne, L’âge d’homme, 1983).

COLIN-PICON Martine, Georges Limbour, le songe autobiographique, Paris, éditions Lachenal et Ritter, coll. critique Pleine marge, 1994, thèse de doctorat sous la dir. de J. Chénieux-Gendron, Université de Paris VII Denis-Diderot, 1991.

LACOSTE Isabelle, Leiris-Limbour, une influence souterraine, thèse de doctorat sous la dir. d’A. Roche, Université d’Aix-Marseille, 2001.

MAMBRINO Jean, Le Chant profond, Paris, José Corti, 1985 (« Les mortelles merveilles de notre gouffre, Georges Limbour »), p. 247-261.

NADEAU Maurice, Grâces leur soient rendues, Paris, Albin Michel, 1990 (« Georges Limbour »), p. 400-420.

NICOL Françoise, « L’île dans Le Calligraphe de Georges Limbour, un luxuriant ‘essaim’ d’images » in Les Écritures de l’insularité (dir. M. Trabelsi), Clermont-Ferrand, PU Blaise-Pascal, 2005, p. 359-378.

NICOL Françoise, « Limbour ou les métamorphoses de l’égarement », in Figures de l’égarement (dir. M. Blain et P. Masson), Nantes, Éditions Cécile Defaut, coll. Horizons comparatistes, 2005, p. 185-204.

NICOL Françoise, « Le Panorama de Limbour, reflets sur une boule argentée » in Le Territoire littéraire du Havre dans la première moitié du xxe siècle (dir. S. Anton), Le Havre, PU du Havre, 2013, p. 141-153.

NICOL Françoise, Georges Limbour, l'aventure critique, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2014.

PIEL Jean, La Rencontre et la Différence, Paris, Fayard, 1982.  "Job", p.45-60.

RIALLAND Ivanne, L’Imaginaire de Georges Limbour, Grenoble, ELLUG, coll. Ateliers de l’imaginaire, 2009, thèse de doctorat sous la dir. de M. Murat, Université Paris Sorbonne, 2007.

RIALLAND Ivanne, « De la critique d’art à la fiction : Georges Limbour chroniqueur », in La Chronique journalistique des écrivains,1880-2000 (dir. B. Curatolo et A. Schaffner), Dijon, Éditions universitaires de Dijon coll. Écritures, 2010, p. 55-61.

RIALLAND Ivanne, « Georges Limbour et Charles Estienne dans les colonnes de France Observateur. La position du chroniqueur », in L’Écrivain et le Spécialiste. Écrire sur les arts plastiques au XIXe et au XXe siècle (dir. I. Rialland et D. Vaugeois), Paris, Garnier, coll. Rencontres, 2010, p. 117-133.

Revues et catalogue

ARAGON Louis, « Pour saluer Limbour », Les Lettres françaises, n° 1336, 27 mai 1970.

BAROU Jean-Pierre et al., « Georges Limbour », numéro spécial de la revue Atoll, n° 2, septembre-octobre-novembre 1968. (Michel Leiris, « Boule blanche pour l’enfant polaire »). G. Limbour a été le professeur de philosophie de J.-P. Barou.

BRULLE Pierre, "Des chimères et des dragons informes, Kandinsky sous le regard réfractaire de Georges Limbour", Marseille, revue Phoenix, octobre 2013, p. 128-134.

COLIN-PICON Martine, « Georges Limbour, Lettres à Michel Leiris », présentation de Martine Colin-Picon, Pleine marge n° 5, Cognac, Le Temps qu’il fait, juin 1987, p. 7-28.

COLIN-PICON Martine, « Georges Limbour, Lettres à Théodore Franckel », Pleine marge (ISCAM-CNRS), n° 18, Louvain, Peeters, 1993, p. 101-120.

NADEAU Maurice, « Libre comme l’air », introduction à des inédits de G. Limbour, Les Lettres nouvelles, n° 3, mai 1971, p. 7-12. Numéro spécial consacré à G. Limbour.

NICOL Françoise, « André Masson sous le regard de Georges Limbour (avec la collaboration d’I. Rialland), Pleine marge n° 44, Louvain, Peeters, janvier 2007.

NICOL Françoise, "La relation de peinture de Georges Limbour : critique d’art et intermédialité, rapport d’étape", in Philippe Ortel, dir., Actes du colloque Création, intermédialité, dispositif, https://www.fabula.org/colloques/sommaire4154.php, 2017.

PIEL Jean et al., « Limbour l’irréductible », numéro spécial de la revue Critique consacré à G. Limbour, n° 351-352, août-septembre 1976.

[ROSE Marie-Françoise], Georges Limbour [catalogue de l’exposition du 15 février au 13 mars 1982], Le Havre, 1982 (n. p.).